Miscellanées de décembre

Malabou, près de Poum

Net élargissement de mon vocabulaire local, merci le séjour en province nord : 

  • yossi ! / l’engin ! (lôngin) / l’enculé ! (lakilé, lôngulé) / bourre-le : expressions classées par élégance croissante pour signifier à son interlocuteur sa surprise “ça alors”,  “mais bien sûr”, “dans tes rêves”, “c’est ça, ouais”. C’est vulgaire pour des Zor’, mais parfaitement colloquial localement. Possible marge de progrès en terme de communication non-violente : illimitée.
  • bomec ! / bombarde ! : pas encore bien cerné la signification exacte de ces interjections, la plupart du temps précédées de “hé” (comme “l’engin” et “l’enculé” d’ailleurs). Au premier abord, ça semble vouloir dire “ben dis donc !”
  • ceb : raccourci pour “c’est bon, c’est fait”
  • tal / toul / taltoul : raccourcis pour “à tout à l’heure”
  • la vieille / le vieux : ne pas prendre mal le fait de se faire interpeler “hé la vieille, tu me ramènes un panini crevettes-bacon ?”, c’est affectueux et dépourvu de nuance péjorative. Ça chatouille un peu, hein ?
  • utilisation non systématique des pronoms possessifs : “regarde dans le tiroir à lui”, “c’est le pick up à eux”
  • olé : du drehu (langue de Lifou) oléti = merci


    Survol de la barrière, quelque part entre Nouméa et Koné

    Fiesta popular

    Improbable association pour cette fête annuelle : mais oui, après l’omelette géante de Dumbéa, la fête “du cerf, de la crevette et du poussin” battra son plein à Boulouparis le weekend prochain.
    En prime cette année, du rodéo ! Eh oui, la Nouvelle-Calédonie a aussi ses authentiques cowboys, les “stockmen”.
    Je fais genre “je connais, j’y vais tous les ans depuis 15 ans” mais je n’y ai jamais mis les pieds. Et ce n’est pas pour 2015, too bad.

    image